SPACES

Quirinale Contemporaneo : un modèle pour le Palazzo Borromeo

Edra Magazine N°1 - Words: Cristina Mazzantini
  Cicladi  Les tables basses de Jacopo Foggini meublent le salon du XVIIIe siècle de la Sala di Druso.

Cristina Mazzantini, conservatrice des projets Quirinale Contemporaneo et Contemporanei a Palazzo Borromeo, explique comment l'art contemporain et le design enrichissent les lieux institutionnels.

Pour décrire, en quelques mots, l'expérience de conservateur et de concepteur de Quirinale Contemporaneo puis de Contemporanei a Palazzo Borromeo, des initiatives qui ont fait entrer deux cents œuvres d'art contemporain dans les bureaux de la présidence de la République et vingt-cinq à l'ambassade d'Italie auprès du Saint-Siège, l'adjectif inoubliable suffirait.  Pour résumer la complexité du travail effectué, il est nécessaire de rajouter quelques mots.
Il s'agit en fait d'une expérience multiple et extraordinaire, rendue possible par un fructueux travail d'équipe avec les différents bureaux du Secrétariat général de la Présidence de la République puis de l'Ambassade d'Italie auprès du Saint-Siège, avec les artistes et les archives ou les fondations qui les représentent, avec les designers et les entreprises et, enfin, avec les éditeurs des catalogues, Treccani et la Fondation Listri pour les arts visuels. Dont la participation sincère et empreinte de fierté est apparue d'instant en instant plus enthousiasmante.

L'expérience a été complexe car les deux projets ont été soumis à des contraintes différentes et réalisés grâce à la contribution pro bono des participants.  Et elle a aussi été articulée, car les projets nécessitaient une approche holistique, afin de prendre en considération non seulement les composantes purement historiques et artistiques inhérentes à la sélection des auteurs, mais aussi les instances de protection des lieux et les différents aspects liés à la muséographie et à la restauration, à l'aménagement et au mobilier d'intérieur. Il convient de souligner que, bien qu'à une échelle différente, les deux projets ne se sont pas limités aux activités habituelles de l'organisation de toute exposition (sélection et disposition des œuvres), mais ont aussi impliqué une revisite scrupuleuse des intérieurs et des jardins, visant à renouveler l'image des édifices qui, au-delà de leur caractère muséal, représentent aujourd'hui l'Italie. Ainsi, certains intérieurs qui ne conservaient pas d'éléments décoratifs organiques ou originaux, comme le Torrino del Quirinale et le Salone degli Arazzi du Palazzo Borromeo, ont été repensés dans leur ensemble, laissant une large place au design.

L'expérience a été extraordinaire car elle a permis de développer une conduite innovante, visant à redessiner l'identité visuelle des bâtiments institutionnels en les réactualisant. Quirinale Contemporaneo, fortement souhaité par le Président Sergio Mattarella et conçu comme un projet évolutif sous la direction attentive du Secrétaire Général de la Présidence de la République, Ugo Zampetti, a replacé le palais dans notre temps comme édifice dynamique, évolutif et rythmé par les saisons artistiques.  Le projet fait figure d'exemple, ainsi que le montre l'initiative Contemporanei Palazzo Borromeo promue par l'ambassadeur Pietro Sebastiani ; il se distingue également d'autres initiatives prises dans le passé par d'autres institutions, comme la Farnesina, la Chambre des députés ou le Bundestag, qui avaient déjà acquis des œuvres d'art contemporain pour promouvoir la créativité nationale ou embellir leurs locaux. Ces institutions, en effet, ne se targuaient pas d'un patrimoine artistique remarquable : au contraire, elles visaient à créer de nouvelles collections ou à achever des projets de rénovation. En 2011, par exemple, j'ai personnellement expérimenté l'introduction de l'art contemporain dans la nouvelle Chambre des groupes parlementaires, en créant le Prix de la Chambre des députés pour le 150e anniversaire de l'unification de l'Italie afin d'acquérir un fonds artistique spécifique pour le nouvel hémicycle, dans ce cas encore sous l’impulsion d'Ugo Zampetti, alors secrétaire général de cette branche du Parlement.  

Au Quirinal, cependant, la situation est tout autre : le bâtiment est un exemple admirable de conservation et le patrimoine de la dotation présidentielle, qui compte dans son inventaire plus de cent mille biens artistiques, est étonnant. La deuxième nouveauté importante de Quirinale Contemporaneo a été l'introduction, à travers le design Made in Italy, de la logique d'habitat contemporain dans les bureaux de représentation, qui découle de l'intention du Président Mattarella de dépasser l'idée de musée, afin de redonner au Quirinale une image plus proche de celle de Maison des Italiens. 

Le véritable défi des projets Quirinale Contemporaneo et Contemporanei a Palazzo Borromeo était donc de réussir à intégrer harmonieusement les œuvres acquises au contexte historique, afin de revitaliser les bâtiments avec une nouvelle énergie. Une intention déjà déclarée dans les titres des projets, qui manifestent le désir de présenter des œuvres contemporaines parallèlement aux bâtiments. La décision de ne pas puiser dans le patrimoine des musées publics, et de s'adresser exclusivement aux artistes et aux entreprises disposés à prêter ou à donner des œuvres d'art à titre gracieux, a rendu contraignante une opération déjà délicate, compte tenu du prestige des lieux : il ne faut pas oublier que le Quirinal, qui abrite la plus haute juridiction de l'État depuis 1583, a vu défiler les meilleurs talents des quatre cents dernières années et que le Palazzo Borromeo a été commandé en 1561 à Pirro Ligorio par le pape Pie IV de Médicis. Dans cette optique, il n'était pas évident de faire en sorte que l'intégration soit à la hauteur de ce qui existait déjà.

Mon expérience antérieure acquise en travaillant pendant longtemps dans de magnifiques lieux institutionnels tels que le Palazzo Farnese ou le Palazzo Montecitorio, où la succession d'architectes et d'artistes de la trempe de Michelangelo et Vignola, ou de Bernini et Fontana montre que le passé et le présent ne cessent de se reconfigurer, m'a appris qu'il est nécessaire de se plonger dans l'histoire pour entrer en résonance avec les lieux avant d'imaginer une quelconque transformation. Elle m'a persuadée que, pour ne pas enlever l'aura du contexte et l'améliorer, il est nécessaire d'assurer l'harmonie entre l'ancien et le nouveau et de rétablir cette heureuse continuité culturelle. Au fil des ans, j'ai acquis la conviction que le caractère unique et fantastique de l'architecture et du paysage italiens réside précisément dans la stratification séculaire des valeurs et des souvenirs, de l'art et de la beauté, qui, au-delà de toute forme d'avant-garde, rend indispensable une certaine relation avec notre tradition créative. Tradition qui, selon l'aphorisme attribué à Gustav Mahler, « entretient le feu, ne vénère pas les cendres » ; tradition qui, citant Salvatore Settis « signifie hériter de quelque chose et en prendre possession pour le transformer en autre chose ». C'est pourquoi, surtout dans les édifices qui ont une fonction représentative, la stratification progressive et continue de l'architecture ne peut rester suspendue trop longtemps. Je dis souvent aux étudiants du cours de Préservation architecturale de l'Ecole Polytechnique de Milan que lorsque la dynamique intrinsèque de l'architecture associée à l'évolution de l'utilisation s'arrête, les lieux s'éteignent et deviennent le sujet d'étude des archéologues ; et à l'inverse, que les architectes s'intéressent aux espaces qui peuvent évoluer dans un équilibre entre conservation et innovation. En effet, les lieux vivent là où la stratification se poursuit, où les générations ajoutent quelque chose de nouveau à ce qui existe, mais ils ne sont mis en valeur que si ce quelque chose est digne de devenir ancien un jour. C'est pourquoi je les invite à relever le défi de mettre méthodiquement en valeur le patrimoine artistique, en le renouvelant sans le compromettre.

"L'EXPÉRIENCE A ÉTÉ EXTRAORDINAIRE CAR ELLE A PERMIS DE DÉVELOPPER UNE CONDUITE INNOVANTE, VISANTE À REDESSINER L'IDENTITÉ DES BÂTIMENTS INSTITUTIONNELS EN LES RÉACTUALISANT"

Sur la base de ces expériences, avec l'approche holistique nécessaire et en tenant compte de la sensibilité des sites, la rénovation a été conçue en se gardant des excès de la conservation, mais avec la rigueur disciplinaire et le respect total qu'impose l'histoire des lieux. La contemporanéité, introduite sans superposition arbitraire ni contrastes superflus, fait vibrer les édifices institutionnels, leur conférant une dimension perceptive plus proche des citoyens. Les œuvres s'harmonisent dans le contexte, l'enrichissant par un jeu évocateur de reflets, démontrant que l'art contemporain peut sereinement se confronter à l'art de la Renaissance ou du Baroque, sans avoir besoin de recourir au white-cube ou à un cadre aliénant. En adoucissant la richesse des incrustations ou la splendeur et la dorure, les objets de design ont mis en valeur le rembourrage artisanal des canapés, l'ébénisterie de Piffetti ou Maggiolini, les monnayeurs du XVIIe siècle et les tapisseries des Médicis ; ils ont également amélioré la convivialité des salles, en augmentant la luminosité et en les rendant plus confortables et accueillantes.

Les deux cents œuvres qui parsèment les bureaux de la Présidence de la République, ainsi que les vingt-cinq qui enrichissent l'Ambassade d'Italie auprès du Saint-Siège, ont revitalisé le dialogue entre les initiateurs et les héritiers d'une même tradition et semblent aujourd'hui faire partie de l'image et de la réalité des lieux.

Dans le but d'illustrer les courants et les figures de proue de la scène culturelle italienne depuis la Seconde Guerre mondiale, plus de cinquante artistes et quatre-vingts designers sont présentés au Quirinale, tandis que le Palazzo Borromeo offre une sélection minutieuse de dix artistes et dix designers. De Chirico, Afro, Consagra, Fontana, Burri, Pistoletto, Isgrò, Vedova, Manzoni, Castellani, Boetti, Finucci et Listri aux côtés de Gio Ponti, Magistretti, Mangiarotti, Sottsass, Castiglioni, Dorfles, Munari, Scarpa, Binfaré, Mendini et Pesce, pour n'en citer que quelques-uns.

Edra, qui a participé avec enthousiasme aux deux projets, semble partager pleinement cette philosophie. Les produits sélectionnés, fruits du génie créatif et du savoir-faire de l’entreprise, sont représentatifs de l'alliance de la tradition et de l'innovation. Les formes polyvalentes à valeur sculpturale, la qualité des matériaux et l'attention portée aux détails ne cachent pas l'aspiration artistique ; les coussins « intelligents » avec la prérogative du mouvement sont emblématiques de l'innovation dans le domaine du design industriel et de la recherche technologique de l'ergonomie.

Au Quirinale, les sinueux Flap argentés, chefs-d'œuvre de Francesco Binfaré, accueillent les invités dans l'atmosphère raréfiée du donjon, tandis que trois petites tables de la série Cicladi, conçues par Jacopo Foggini avec des plateaux en albâtre, ont complété le salon du XVIIIe siècle de la Sala di Druso.

Au Palazzo Borromeo, trois canapés Essential, recouverts de velours rouge cardinal, rafraîchissent le Salone degli Arazzi. Les autres éléments d'ameublement Margherita et Tatlin, photographiés dans la Sala della Loggia et la galerie d'entrée, rivalisent avec les bronzes, les vestiges archéologiques et les autres œuvres d'art avec une aisance déconcertante. Presque comme pour confirmer de manière ludique que le design, qui a absorbé les stimuli provenant de la mondialisation et du marché et a été capable de mécaniser la production, peut être observé comme une forme d'art conceptuelle et démocratique qui représente pleinement l'Italie républicaine.

 


Cristina Mazzantini

Architecte, conservatrice, enseignate à l'École polytechnique de Milan et auteure d'essais et des volumes, elle exerce des activités professionnelles et de recherhce notamment dans le domaine de la protection et de la valorisation du patrimoine culturel. Consultat auprès du Secrétariat général de la Présidence de la République, elle a collaboré avec l'Administration de la Chambre des dèputés, la FAI, la Région sicilienne et la Rai-TG2. Elle a été membre de la Commission nationale italienne pour l'Unesco et la Présidente de l'ISIA de Faenza

 

Image gallery

Share